fbpx

L’INDUSTRIE

LES JEUNES SONT-ILS UNE CIBLE?

HISTORIQUE :

LA MONTÉE DU VAPOTAGE

Depuis que les cigarettes électroniques ont fait leur apparition sur le marché au milieu des années 2000, leur utilisation a augmenté à un rythme phénoménal. D’abord commercialisé comme une planche de salut à celles et ceux qui veulent cesser de fumer des cigarettes, leur popularité parmi les non-fumeurs, y compris les jeunes, a rapidement augmenté. De nombreuses personnes, y compris les parents et les éducateurs, entendent dire que le vapotage est moins nocif que la cigarette, mais ne se rendent pas compte que le vapotage n’est pas sans danger. Le taux de vapotage chez les jeunes Canadiens/ Canadiennes âgés de 16 à 19 ans a connu un bondissement alarmant de 74% de 2017 à 2018, passant de 8,4% à 14,6%. (1) On observe également que le taux de consommation de la cigarette chez les jeunes âgés de 16 à 19 ans durant la même période de 2017 à 2018, a augmenté de 45%, passant de 10,7% à 15%.(1)

Cela est préoccupant, car des enquêtes menées antérieurement à 2018 avaient systématiquement révélé une baisse considérable du tabagisme chez les jeunes. Est-ce une simple coïncidence que l’augmentation du tabagisme ait commencée en même temps que le taux de vapotage chez les jeunes ? Peut-être que non.

Les élèves sont très hardis dans leur consommation des produits de vapotage. En vertu de la Loi de 2017 favorisant un Ontario sans fumée, il est interdit de fumer ou de vapoter à l’intérieur ou sur la propriété des écoles.

L’ÉVOLUTION :

EST-CE QUE L’INDUSTRIE DU TABAC EST L’INDUSTRIE DU VAPOTAGE ?

En Ontario, la première loi antitabac a été adoptée en 1994 et de nouvelles restrictions ont été introduites en 2006 avec la Loi favorisant un Ontario sans fumée. Cette loi aide à empêcher les jeunes de commencer à fumer, aide les fumeurs à cesser de fumer et protège tout le monde contre les méfaits de la fumée secondaire. En 2018, les taux de tabagisme en Ontario étaient parmi les plus bas jamais enregistrés, ce qui est une bonne nouvelle pour tout le monde, à l’exception de l’Industrie du tabac qui fabrique et vend des produits du tabac à usage commercial. Avec des ventes et des profits en baisse, l’Industrie devait se réinventer et créer de nouveaux produits. Ainsi, lorsque les cigarettes électroniques sont arrivées sur le marché, les grands fabricants de tabac en ont pris note.

Les cigarettes électroniques étaient un produit parfait pour l’Industrie du tabac. À une époque où tout le monde est attiré par la technologie, ajouter un composant électronique à la cigarette semblait être une évolution naturelle. En éliminant le besoin de brûler du tabac, les vapes pourraient être commercialisés comme une alternative « plus sûre » au tabagisme. Les liquides de vapotage et les cartouches/ « pods » sont proposés dans des milliers de saveurs, ce qui les rend très attrayants pour les utilisateurs de tous âges.

Étant un nouveau produit sur le marché, ils ne sont pas restreints par de nombreuses lois régissant l’utilisation, la vente et le marketing des cigarettes. Mais par-dessus tout, les cigarettes électroniques ont accompli le dessein que l’Industrie du tabac a mis des décennies à perfectionner : happer et maintenir les gens accoutumés à la nicotine.

En peu de temps, des fabricants de vape tels que Juul, vendaient une partie de leur société à de gros producteurs de tabac et le secteur lançait également ses propres marques telles que « Logic » et « Vype ».

Warning Sign

attention !

Les Grandes Sociétés du tabac ont des antécédents bien documentés de mensonge sur la nocuité de leurs produits, ainsi que l’utilisation de tactiques de marketing douteuses visant à cibler les jeunes et d’autres populations vulnérables.

Cette Industrie centrée sur le profit est encore à ses vieilles combines, cette fois par le biais d’un nouveau produit.

LE VAPOTAGE D’AUJOURD’HUI :

COMMERCIALISATION CHAOTIQUE

Quand il s’agit de la vente et de la distribution des produits de vapotage, les manœuvres de jadis reprennent un nouveau souffle. Les produits de vapotage et les liquides électroniques sont commercialisés en utilisant un grand nombre des mêmes méthodes éprouvées que les grands fabricants de tabac ont perfectionnées avant l’adoption de lois qui circonscrivent la publicité des produits commerciaux en Ontario. Par exemple, il n’y a pas si longtemps, les produits du tabac commerciaux étaient autorisés à être vendus dans des arômes de fruits et de bonbons, en ce moment cependant, la loi interdit les produits du tabac aromatisés. Les produits de vapotage ne sont pas assujettis à des restrictions similaires, en conséquence, les fabricants de liquides électroniques ont créé des milliers d’arômes liquides électroniques, y compris des bonbons et des fruits qui plaisent aux jeunes.